Mathilde, électrotechnicienne

L’électrotechnicien(ne) prépare, implante et câble les composants électriques sur les AGV et réalise le montage mécanique

Quel est ton parcours ?électrotechnicien

Après un BEP électrotechnique, j’ai passé le BAC puis ai obtenu mon diplôme de technicienne son et lumière.

Je me destinais à l’époque à devenir intermittente dans l’événementiel sur des spectacles ou des concerts mais je n’ai pas trouvé de travail dans ce domaine. C’est ma formation en électrotechnique qui m’a permis d’être recrutée d’abord dans le bâtiment puis dans l’industrie avec BA Systèmes.

Aujourd’hui, cela fait presque 5 ans que je travaille chez BA Systèmes en tant qu’électrotechnicienne.

 

En quoi consiste ton métier ?

Je fabrique des chariots autonomes. C’est un travail progressif et très polyvalent. Je commence par préparer les câbles qui équiperont la platine de l’AGV avant de monter tous les composants électriques sur cette même platine. C’est un peu le cœur de l’AGV. Une fois cette étape terminée, je passe au châssis – l’aspect mécanique du travail, où je vais procéder au montage de tous les sous-ensembles qui équipent l’AGV.

 

Quelles satisfactions retires-tu de ton métier ?

Ce que j’aime, c’est assembler les chariots de A à Z, participer à faire en sorte qu’ils soient opérationnels et qu’on puisse même les trouver beaux. À partir d’un certain nombre de pièces, je vois au fur et à mesure le robot prendre forme et fonctionner. Cela demande de la minutie et de la polyvalence, et c’est un peu mon œuvre à moi.

 

J’apprécie l’esprit d’équipe qui règne dans l’atelier de production, les échanges avec les plus anciens qui ont tellement de choses à nous apprendre et les nouveaux à qui nous pouvons aussi, à notre niveau, apporter notre savoir-faire et transmettre les bonnes méthodes.

 

En tant que femme, quel regard jettes-tu sur une industrie majoritairement masculine ?

Au cours de mes études, j’ai souvent été l’une des deux filles voire la seule fille au sein d’un groupe de garçons et cela ne m’a jamais réellement perturbée. Dans mon environnement professionnel, je ne perçois aucune différence entre hommes et femmes que ce soit dans les tâches à accomplir ou dans les rapports humains. Je n’ai jamais eu d’expériences négatives au sein de l’industrie, au contraire les rapports hommes/femmes me semblent beaucoup plus simples que dans d’autres milieux professionnels où il peut être plus difficile pour une femme de s’intégrer et de se faire respecter.

 

 

Le site « Les Industries Technologiques » de l’UIMM a consacré un article à Mathilde.

Cliquez ici pour le retrouver

 

Logo BA Systèmes